( 14 août, 2020 )

Histoire du salaire

Les marchands assyriens du début du deuxième millénaire avant ère utilisaient des ânes pour transporter leurs marchandises par voies terrestres jusqu’en Anatolie.

  • Les tablettes cunéiformes de Kanès montrent les multiples solutions à la disposition de ces commerçants (Voir Cécile Michel dans « Correspondance des marchands de Kanish ») :
  • L’achat des animaux et le cheminement des marchandises par le commerçant lui-même ;
  • L’embauche de serviteurs qui le faisait pour leur compte ;

Le recrutement, pour un trajet, de muletiers (personnes dont le métier était de transporter des marchandises avec leurs ânes ou des ânes d’autres propriétaires) réglés en sicles d’argent.

En Mésopotamie, de même à cette époque, on a retrouvé des contrats de paiement de travailleurs journaliers avec ou sans leurs bêtes pour le travail de la terre.

En Grèce antique, il a été relevé qu’une forme de salaire (appelée « misthos ») existait vers 4e siècle avant J.-C. pour rétribuer :

  • Un équipage qui a été recruté pour une campagne ;
  • Des orateurs dont a acheté les services à l’assemblée ou au tribunal ;
  • Une prostituée ;
  • Le prix de location d’un esclave, toujours versé au maître.

https://www.persee.fr/doc/dha_0755-7256_1976_num_2_1_2738
Il est curieux de constater que cette pratique n’ait pas été beaucoup observée les siècles plus récents. Comme si la façon de faire des Grecs provenait de temps plus anciens.

Les Romains ont adopté le terme « salarium » pour les rémunérations des administratifs et soldats. Le montant devait leur permettre d’acheter du sel, d’où son nom.
https://www.persee.fr/doc/efr_0000-0000_1980_act_37_2_1192
Le mot « merces » était plus proche de notre notion actuelle du salaire. Mais il a été discrédité du fait qu’il était surtout utilisé pour les services temporaires de « mercenaires ».

Mais d’autres vocabulaires étaient aussi utilisés, montrant une augmentation de l’utilisation des services rémunérés.

Après l’invasion romaine de la Gaule, au 1er siècle de notre ère, nous savons que les salaires moyens par mois étaient d’environ 70 sesterces autant pour un ouvrier agricole que pour un légionnaire.

 

Pas de commentaires à “ Histoire du salaire ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|