( 21 décembre, 2015 )

Histoire du calendrier

Comment est-on parvenu à suivre et à appréhender à l’avance le temps qui s’écoule, tout en étant en phase avec les saisons ?

Les Grecs reconnaissaient le savoir-faire des Égyptiens dans l’observation du ciel étoilé et du soleil. Dès le début de leur civilisation, ils avaient organisé leur calendrier en douze mois de 30 jours, auquel était ajouté un petit mois de 5 jours. Toutefois, vu qu’il n’avait pas d’ajustement périodique (notre actuelle jour supplémentaire des années bissextiles), ce calendrier n’était pas tout à fait en phase avec le cycle annuel du soleil. Par rapport aux saisons il dérivait lentement au fil des années. Mais cela était accepté par les Égyptiens.

http://www.stmacariusmonastery.org/en0909.pdf

 

En Mésopotamie, différentes méthodes étaient en usage. Si certains utilisaient plutôt un calendrier lunaire avec des mois de 29 jours, d’autres suivaient aussi un calendrier de 12 mois de 30 jours. Tous ont toutefois choisi de s’ajuster sur les saisons en ajoutant périodiquement, souvent tous les six ans, un treizième mois intercalaire.

 

Les Athéniens ont repris, sans doute des Égyptiens, le même calendrier de 12 mois de 30 jours. Mais au cours de leur histoire, ils ont voulu s’ajuster sur les cycles de la lune avec des alternances de mois de 29 jours et 30 jours et l’ajout d’un mois tous les 3 ans. Puis, constatant un décalage, vers le 5e siècle avant notre ère, sur un cycle de 8 années, ils ont incorporés 3 mois intercalaires. Ce n’était toujours pas satisfaisant. D’autres cycles ont été utilisés au cours de leur histoire. Ils n’ont pas été suivis par d’autres dans leur tâtonnements successifs.

 

Notre calendrier actuelle provient des Romains, où il a, de même, fait l’objet de nombreux aménagements. Il est possible de simplifier cette histoire ainsi :

A ces débuts, le calendrier romain ne comptait que dix mois de 30 ou 31 jours. En hiver, on attendait plus de 50 jours l’équinoxe vernal pour démarrer une nouvelle année. L’année romaine commençait alors aux alentours de notre 1er mars.

Vers 700 avant notre ère, il a été décidé de raccourcir quelques mois pour en créer deux nouveaux, l’équivalent de nos mois de janvier et février, qui étaient alors les deux derniers de l’année. Et c’est naturellement sur le dernier de l’année d’alors, celui de février, que des ajustements ont été faits vis à vis de la réalité solaire, par l’ajout d’une journée intercalaire dite « ante diem bis sextum kalendas ».

Si les premiers noms du calendrier proviennent de noms de planètes, ceux des mois de Septembre, Octobre, Novembre et Décembre sont issus de l’énumération latine : septième, huitième, neuvième et dixième.

L’année même de la mort de Jules César, en 44 avant Jésus-Christ, Marc-Antoine, voulant honorer la mémoire du conquérant des Gaules, fit remplacer le cinquième mois, qui s’appelait « quintilis », par celui de Julius, qui est devenu notre mois de juillet. Son successeur Auguste, a eu droit aux mêmes honneurs avec le mois qui était alors appelé Sextilis, le sixième mois de l’année. C’est par plébiscite que le sénat en a décidé ainsi. « Auguste » est devenu notre mois d’août.

C’est seulement en 1582 que le pape Grégoire XIII a décidé de réformer le calendrier en débutant celui-ci au 1er janvier.

Pas de commentaires à “ Histoire du calendrier ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|