• Accueil
  • > Archives pour octobre 2015
( 3 octobre, 2015 )

Histoire de l’administration de l’agriculture

La traduction des milliers de tablettes trouvées à Mari a montré qu’il y avait, au début du 2e millénaire avant J.-C., deux types d’agriculture :

  • une agriculture privée, essentiellement de subsistance, sur de petites parcelles individuelles, attribuées le plus souvent directement par le souverain local, par exemple aux soldats de l’armée,

  • une agriculture administrée, sur de grands domaines royaux, où des fonctionnaires décidaient de l’ensemble des travaux, notamment des moyens matériels et humains.

Ainsi, le plus souvent, un particulier devait d’abord participer aux travaux du domaine royal avant d’entreprendre ceux de sa parcelle individuelle. Ces activités étaient particulièrement suivies par les scribes lors des récoltes, pendant lesquelles il était d’usage de ne pas faire la guerre.

Cette organisation permettait au souverain d’engranger un maximum de biens et de nourritures qu’il pouvait ensuite redistribuer aux plus méritants ou échanger contre d’autres bien avec d’autres pays. Des scribes étaient chargés de suivre les entrées/sorties alimentaires.

Il est étonnant de constater, déjà, que la bière et le vin étaient des produits très appréciés : bon nombre de tablettes cunéiformes trouvées sont des décomptes de ces deux boissons. Les sites les plus significatifs sont :

  • Godin Tépé en Iran

  • Tell Rimah

  • Tell Chagar Bazar.

Vers le pays d’Urartu, des marchands pouvaient, aussi, diriger de grandes exploitations. Ainsi, le site de Giricano, situé en Turquie, au nord du Tigre, était un centre de production agricole appelé Uzibu. Les tablettes ont été rédigées par un marchand résident à Uzibu et Tushan. Elles enregistrent des ventes d’esclave, de céréales, de bétails et d’argent.

A la même période, l’élevage aussi était encadré par une administration très directive. En 1978, 25 tablettes cunéiformes ont été trouvées sur le tell Ali dans l’actuel pays d’Irak. Les tablettes, datées du 13e siècle avant notre ère, se réfèrent en majorité à l’administration de l’élevage de mouton et à la fabrication de la laine. Ces textes donnent une bonne vision de la gestion administrative d’une petite ville agricole dans le royaume assyrien. Le travail de la laine était effectué dans un « palace » par des esclaves, essentiellement des femmes.

Auparavant, vers le 21e siècle avant notre ère, des tablettes issues de fouilles sauvages trouvées sur le site de Drehem montrent une gestion administrative des transferts de bétails.

Ce devait être ce type d’activité qui était enregistré sur de nombreuses tablettes de comptages retrouvées en Irak ou en Iran dès les premiers temps de l’âge du bronze.

|