( 28 octobre, 2013 )

Histoire des dépôts de fondation

Un dépôt de fondation est, le plus souvent, un objet déposé au tout début d’une construction importante. Autrefois, il était accompagné d’une cérémonie, semblable à celle des premières pierres d’aujourd’hui.

Cette coutume remonte au 3e millénaire avant J.-C. aussi bien en Égypte qu’en Mésopotamie.

En Égypte, des bas-reliefs de Dendérah racontent le rite de fondation d’un temple :

http://www.egyptos.net/egyptos/pharaon/le-rite-de-fondation-d-un-temple-egyptien.php

Voici, par exemple, le dépôt de fondation du temple de Deir el-Bahari :

http://www.louvre.fr/oeuvre-notices/depot-de-fondation-du-temple-de-deir-el-bahari

En Mésopotamie, le site de Tellô a livré de nombreux exemples : des outils miniaturisés, des objets précieux, des ossements d’animaux sacrifiés, mais aussi des  documents inscrits. Par exemple à Uruk, les constructions se sont opérées après le dépôt symbolique d’une brique ou d’un clou avec une inscription en mémoire du roi à l’origine du monument ou de sa réfection. Ainsi, une brique de l’Eanna stipule : « Sin-Kâsid, fils de Nin-sun, roi d’Uruk, constructeur de l’Eanna. »

Les phéniciens avaient également cette pratique culturelle. Voici un veau d’or qui a servi de dépôt de fondation à Byblos :

http://louvre-passion.over-blog.com/article-4304785.html

En Crète, des dépôts de fondation ont aussi été trouvés lors des fouilles des palais de Zakros, de Phaistos et de Malia. Sous ce dernier monument, c’était une boîte quadrangulaire dans laquelle se trouvait une céramique ressemblant à une théière en forme d’oiseau.

Pas de commentaires à “ Histoire des dépôts de fondation ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|