( 20 août, 2013 )

Sharouhen = Agadé ?

A ce jour, Sharouhen – mentionné par des biographies de soldats, lors de l’expulsion des Hyksos d’Égypte, comme ayant été assiégée pendant 3 ans – a été positionné à Tell el-Farah, dans l’actuelle Israël ou sur Tall al-Ajjul dans la bande de Gaza, au sud de la ville de Gaza. Mais le résultat des fouilles est peu convainquant.

Sur Internet, pour Dour-Sharrouken, situé en Assyrie, se trouve l’explication suivante sur « Sharrouken » : cette dénomination provient du nom de Sargon II roi d’Assyrie au 8e siècle avant notre ère.

Il est possible d’avancer la même explication pour le nom « Sharouhen », ce serait l’ancienne capital de Sargon 1er (Sarru-Kin) : Akkad ou Agadé. Ce qui donne un indice supplémentaire sur l’ancienne capitale de Sargon, aujourd’hui non positionnée :

http://www.lemonde.fr/ete-2007/article/2007/08/14/agade-capitale-maudite-et-perdue_944373_781732.html

http://www.britishmuseum.org/explore/highlights/articles/a/agade.aspx

Une tablette mentionnant une propriété d’un individu originaire d’Akkad est un indice très mince pour situer géographiquement une ville.

Mais alors, l’ancienne capitale d’Akkad, dont on est sûr qu’il s’agissait d’un port, était-elle vraiment située vers les cours du Tigre et de l’Euphrate ?  Et si elle était, en fait, plus vers l’Ouest, non loin de l’Egypte ? Cette hypothèse est consolidée par le fait qu’Akshak est probablement le tell Es-Sakan. Mais ce dernier tell ne peut pas être Agadé puisqu’il a été abandonné vers 2300 avant notre ère. Une ville était appelée Akka dans les tablettes d’Amarna, vers 1350 avant notre ère. Cette même dénomination apparaît dans les textes du Tell Bi’a, et aussi dans ceux d’Emar, gravés vers la première partie du 2eme millénaire avant notre ère.

Ce toponyme est considéré être la ville actuelle d’Akko, Acre ou Saint-Jean d’Acre lors des croisades. Il y aurait été trouvé jusqu’à 176 sceaux égyptiens, ainsi que de nombreux scarabées. Durant l’été 1954, au nord de la ville, sous la direction de Mr Dothan, le service archéologique d’Israël a dégagé un bâtiment semi-circulaire, daté du 18e ou 17e siècle avant notre ère. Tell  Harbadj montre une occupation sur l’ensemble du bronze. La ville était entourée d’une muraille. Comme Damas, Acre a été sans cesse habitée et de ce fait, elle n’a jamais révélée ses couches archéologiques.

http://www.akkopedia.co.il/MenuPages.asp?ID=47

Mais cette hypothèse n’est pas compatible avec « des bateaux qui viennent s’amarrer pour apporter les trésors de Sumer en remontant un fleuve ».

Mais quel était de ce fleuve ? Le Tigre, l’Euphrate ? L’Oronte ?

Avec l’hypothèse d’une désignation de l’Egypte par Kish, quelles seraient les équivalences entre les souverains des textes Mésopotamiens et les pharaons d’Égypte ?

  • Zuzu  d’Akshak, dont Eannatum de Lagash dit avoir repoussé un raid,  serait Djedkaré Isési. Ce pharaon a laissé des inscriptions au Ouâdi Maghara, dans le Sinaï. Selon Nicolas Grimal, Djedkaré est  connu pour avoir effectué des expéditions au pays de Pount et à Byblos. En effet, l’autobiographie d’Herkhouf, sous le règne de  Pépi II, quelques 150 plus tard, mentionne que sous le règne de Djedkarê Isési, un Vizir est revenu du pays de Pount.

  • Eannatum de Lagash qui dit avoir repoussé le raid mené par le roi Zuzu  d’Akshak, et avoir ensuite détruit Akshak, et parce qu’Inana l’aimait, eut la souveraineté sur Kish, serait le pharaon Ounas. Un vase à son nom a été découvert à Byblos. Ses liens familiaux avec son prédécesseur égyptien et avec son successeur ont  toujours été hypothétiques. Et c’est peut-être du fait de son éloignement de sa région d’origine que son frère est devenu le  souverain de Lagash.

  • Enshakushana, qui déclare avoir saccagé Kish, serait le pharaon de nom égyptien  Ouserkaré.

  • Enbi-Eshtar,  le roi de Kish qui a été capturé par Enshakushana, serait Téti.

Il n’y a là aucune incompatibilité, ni aucune confirmation !

Enfin, il semble, d’après l’autobiographie d’Ouni, que sous Pépi et Merenré 1er d’autres expéditions sur de longues distances ont été menées par les Égyptiens : par cinq fois, Ouni dit avoir conduit une armée à travers les terres des habitants des sables.

A suivre …

Bob Gastineau

Pas de commentaires à “ Sharouhen = Agadé ? ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|