( 25 avril, 2013 )

Histoire de la maison

En Europe, avant le Néolithique, l’homme s’abritait dans les grottes ou sous des tentes.

Les premières maisons, en bois, datent du Néolithique. Ce qui surprend, c’est leur taille immense. Les plus grandes pouvaient atteindre 45 mètres de long sur 8 mètres de large, avec une capacité d’hébergement de plusieurs dizaines d’humains.

http://www.samara.fr/le-parc-de-loisirs/les-habitats-prehistoriques.html

C’est à partir de 5 500 avant J.-C. que les grandes maisons apparaissent, avec la culture dite du Rubané. Elle se répandent des bassins de la Dniestr jusqu’à la France, en passant par la Pologne.

Cet habitat particulier devait correspondre à la vie sociale des agriculteurs-éleveurs d’alors. Les relations humaines devaient se rapprocher de ce que décrivent les tablettes découvertes à Mari, au nord de la Mésopotamie : « la maison » était un concept large désignant non-seulement un bâtiment, mais aussi l’ensemble des personnes qui l’habitait. Cela reflétait la conception patrimoniale d’alors, à la tête desquels se trouvait une maison régnante. Ainsi, Hammourabi envoya-t-il ce texte à Zimri-Lim à Mari : « Depuis toujours, cette maison a-t-elle eu le moindre tort envers la ville de Mari et existe-t-il un contentieux entre la ville de Mari et Babylone ? Depuis toujours, la ville de Mari et Babylone ne font qu’une maison ! »

A Mari, il semble que les rois d’alors étaient polygames, certains palais pouvaient accueillir plusieurs centaines de femmes, ainsi qu’un personnel domestique abondant et diversifié. Dans le privé, le nombre de personnes hébergés dans la même maison devait dépendre de l’importance du maître de maison : s’il était masculin à Mari, était-il féminin dans la culture du Rubané ?

Les cultures suivantes du Néolithique avaient des maisons  plus petites : la culture de la céramique en entonnoir a déployé une maison en torchis d’environ 12 m sur 6 m. Il s’agissait d’un habitat pour une famille, telle que nous la connaissons aujourd’hui.

Ces maisons de torchis, facile à bâtir, ont perduré pour la majorité de la population des campagnes européennes jusqu’au 19e siècle.
L’habitat « en dur », tel que nous le connaissons maintenant, ne s’est généralisé qu’à partir de ce moment là.

Auparavant, les constructions en pierre étaient préférées par les nobles, le clergé et la bourgeoisie des agglomérations, et cela à partir des Romains.

Sans tenir compte des châteaux, les premières maisons de village ont été trouvées à Catal Hoyuk, dans l’actuelle Turquie.

http://rocbo.chez-alice.fr/clio/Antique/catal/

En Mésopotamie, la plupart des villes, comprenant des maisons de particuliers, sont déjà peuplées au IVe millénaire.  Il en est de même dans la vallée de l’Indus, mais la datation de la civilisation harappéenne n’est pas certaine.

L’explosion du Santorin a permis la conservation du village d’Akrotiri qui montre des constructions de maisons de deux étages dès le milieu du deuxième millénaire avant notre ère. Les habitants devaient se sentir en sécurité sur une île.

http://druine.free.fr/santorin/akrotiri.htm

En Egypte, les constructions en dur étaient réservées aux tombes, aux temples, aux nobles et aux pharaons. A partir du Nouvel Empire, ces maisons se sont généralisées aux artisans, comme le montre les fouilles de Deir El Medineh :

http://www.cerimes.education.fr/articles/article_414/deir-el-medineh-village-des-ouvriers-de-la-vallee-des-rois

( 16 avril, 2013 )

Histoire de l’arc

L’arc est une des premières armes inventées par l’homme.

Les plus anciennes pointes de flèches proviennent d’Espagne au Paléolithique vers 17 000 avant notre ère. Mais les arcs les plus vieux ont été trouvés en Allemagne et en Scandinavie :

http://paleosite.free.fr/arc/origines/arcorigin2.htm

Daté du début du Néolithique, il y a 7300 ans, sur le site de La Draga, en Espagne, des fouilles ont permis la découverte d’un arc quasiment intact.

http://www.dombosco.fr/article-le-plus-vieil-arc-neolithique-d-europe-107647351.html

L’arc a été utilisé durant toute l’histoire de l’Egypte pharaonique. Et, curieusement, les ennemis traditionnels de l’Égypte étaient appelés les « Neuf arcs ». Ce qui signifiait « tous ceux qui se battent avec des arcs », c’est à dire tous les peuples des alentours.

Au début du Nouvel Empire, les lettres d’Amarna montrent que les archers égyptiens étaient très demandés par les nombreux rois du proche-orient, afin, notamment, de les protéger des initiatives de la dynastie régnante de l’Amurru.

En Chine, les premières traces d’utilisation de l’arc sont de la dynastie Shang, entre 1766 et 1027 avant J.-C. Les guerres se faisaient avec des chars à trois : un conducteur, un lanceur et un archer.

A cette même époque, les Hittites combattaient de la même façon.
Ils utilisaient  un arc recourbé très performant, avec des flèches à pointes de bronze, utilisable depuis un char ou en étant sur un cheval.

Ce même type d’arc court et recourbé, plus puissant que le grand arc égyptien, a été introduit en Mésopotamie aux alentours des mêmes dates.

Pour en savoir plus :

http://www.bourges1ere.fr/Histoire.htm

( 2 avril, 2013 )

Histoire de la hache

Voilà un objet important pour l’histoire de l’humanité : c’est l’outil qui a permis de défricher pour installer l’agriculture dans les régions recouvertes de forêts.

http://www.academia.edu/1111263/Derniers_chasseurs_et_premiers_bucherons_la_question_des_haches_et_des_herminettes_dans_le_Mesolithique_europeen

Pourtant, comme le mentionne cette thèse, les chasseurs cueilleurs du Mésolithique connaissaient déjà cet instrument, en bois de cerf ou en pierre dans les régions nordiques. Auparavant, au Paléolithique, des hommes l’utilisaient aussi. La partie tranchante était en silex taillé, fixée sur un manche en bois ou en os à l’aide de lanières de cuire.

 

La hache devint si importante qu’elle a été le principal outil a être fabriqué en cuivre.

Ötzi, l’homme des glaces momifié découvert entre l’Autriche et l’Italie possédait un tel instrument avec un manche en bois d’if :

http://fr.vikidia.org/wiki/Ötzi

L’étude des objets de la momie a eu pour effet de redécouvrir la période appelée Chalcolithique, en court de réajustement dans le temps et dans l’espace, notamment dans la partie nord de la Méditerranée et vers les Alpes et le Jura.

La présence de poignards en cuivre dans de nombreuses tombes campaniformes fait dire à de plus en plus de chercheurs que le cuivre, puis le bronze, aurait été introduit par les hommes de cette culture.

En Égypte, la découverte la plus marquante est celle de la hache cérémonielle, au nom d’Ahmosis, dans la tombe de la reine Ahhotep à Dra Abou’l Naga :

http://icono-edl.tumblr.com/post/99938383/hache-dapparat-dahmosis-haute-egypte-thebes

En Crète, les haches cérémonielles des Minoens étaient des doubles haches, telles que celles d’Arkalochori. Dans une grotte, ont été trouvés une centaine en bronze, vingt-cinq d’or et sept d’argent. L’une d’entre-elles était couverte de mêmes signes que le disque de Phaïtos :

http://aleph2at.free.fr/index.php?art=645

 

Partout en Europe, de nombreux dépôts de haches en bronze attestent de l’abondance de cet objets durant le deuxième millénaire avant notre ère. Pour certains, la hache en bronze pouvait, à cette époque, servir de monnaie.

Exemple de trouvaille :

http://rao.revues.org/800

 

|