( 5 décembre, 2012 )

Le commerce de l’ambre

Appelé «larmes des dieux», l’ambre est un matériau auquel certaines civilisations attribuaient des vertus magiques : les sœurs de Phaeton versèrent des larmes d’ambre lorsque ce dernier tomba dans l’Eridan, le fleuve des Enfers, après avoir perdu le contrôle de son attelage, qui tirait le chariot de son père Hélios, dieu du Soleil.

Au milieu du deuxième millénaire avant notre ère, des tombes de Syrie, de Grèce ou d’Égypte contenaient de nombreux objets précieux travaillés à base de cette résine fossile. Ainsi à Qatna, durant les fouilles du site, une petite tête de lion a été identifiée comme étant réalisée dans un ambre jaune de la côte balte. L’épave d’Uluburun, découverte vers Kas, au sud-ouest de la côte anatolienne, transportait quelques perles d’ambre. A Mycène, ce sont des colliers d’ambres qui côtoyaient des objets en or. Dans la tombe du pharaon Toutankhamon, plusieurs pendentifs ont été trouvés faits d’or, de turquoise et d’ambre jaune.

 

Le commerce de l’ambre dans Un savoir-faire du Néolithique toutankhamon-pen-102x300

Penditif trouvé dans la tombe de Toutankhamon

 

Les hiéroglyphes du temple de Karnak et le papyrus médical de Londres mentionnent sans doute l’ambre sous le vocable «Skr», probablement en lien avec le dieu Sokar, patron des orfèvres.

Il a été démontré que l’ambre égyptien provenait de la Baltique. Et donc des opérations commerciales s’opéraient entre le Nil et la mer du nord de l’Europe.

 

A Savognin, en Suisse, dans une forteresse de l’âge du bronze, des colliers en perles d’ambre, similaires à ceux de Mycène, y ont été trouvés.

Les récentes fouilles du site de Bernstorf, en Allemagne, ont exhumé de nombreux objets en or et en ambre. L’or était façonnée de façon identique à ce qui se faisait à Mycène, probable plaque tournante du commerce avec le sud de la Méditerranée.

 

Ces découvertes confirment que la route de l’ambre passait par la Grèce et traversait la Bavière.

http://germanie.wikidot.com/la-route-de-l-ambre

 

Pas de commentaires à “ Le commerce de l’ambre ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|